Créatifs : l’arnaque des hackathons

Créatifs : l’arnaque des hackathons

Temps de lecture: 
4

La popularité des hackathons, concours de graphisme et autres challenges d’open innovation continue de grimper : toujours plus d’entreprises organisent ces mini-compétitions, au cours desquelles développeurs, créatifs, et marketeurs planchent en petites équipes sur les thématiques proposées, l’espace d’un ou deux jours.

Pour les organisateurs, ce type d’événement est généralement tout bénéfice : à l’issue du concours, ils se retrouvent avec un panel d’idées dans lesquelles puiser en fonction de leurs besoins : plus besoin de se creuser la cervelle en interne, d’autres le font pour eux.

Pour les participants, dont vous avez peut-être déjà fait partie, la réalité n’est pas toujours aussi rose. En général, il y a une récompense à la clef pour les lauréats dont les idées seront retenues. Parfois, il faut avouer que celle-ci semble alléchante : primes sympathiques, accompagnement pendant plusieurs mois, retombées dans les grands médias, possibilité d’être repéré par des entreprises prestigieuses…

Des conditions de travail souvent limites

Néanmoins, ces avantages sont à mettre en perspective avec le travail demandé, car oui, il s’agit bien d’un travail.

Ces événements sont souvent vendus aux étudiants et aux jeunes professionnels comme des opportunités pour se faire remarquer. En pratique, ils ressemblent un peu trop parfois à de l’exploitation plus ou moins bien déguisée. Certains participants peuvent travailler jusqu’à 48 heures d’affilée, avec peu ou pas de pauses, dans l’hypothétique espoir de se faire remarquer.

Certes, ces événements génèrent une ambiance particulière : avec l’effet de groupe et l’enthousiasme, la fatigue se fait moins sentir et la créativité est parfois à son comble. Pour autant, c’est un peu facile de s’abriter derrière la passion des participants pour tirer un peu trop sur la corde.

Autre travers de certains de ces concours, notamment ceux à bas prix proposés sur des sites spécialisés : ils dévalorisent le travail des professionnels, au risque de tirer des professions toute entières vers le bas. Quand vous vous échinez avec votre agence à justifier de vos tarifs auprès de clients un tantinet radins, ou pire, quand vous croisez des prospects estimant que tout le travail de création est gratuit, la cause est peut-être parfois à rechercher du côté de ces événements, que certaines entreprises utilisent parfois en lieu et place d’un appel d’offres en bonne et due forme.

Concours d’open innovation : reconnaître le bon grain de l’ivraie

Malgré ces mises en garde, peut-être aimeriez-vous néanmoins tenter l’aventure des hackathons en tant que candidat. Comment savoir si un hackathon en vaut la peine ?

Voici quelques critères qui peuvent vous aider à choisir avec discernement :

Des problématiques bien délimitées : en règle générale, plus le sujet est large, plus le risque est grand de se retrouver avec tout et n’importe quoi comme propositions à l’issue du hackathon. Les concours centrés sur une problématique concrète ont plus de chance d’aboutir sur des solutions intéressantes pour les organisateurs, qui auront alors intérêt à poursuivre avec les lauréats pour les développer.

Des récompenses en rapport avec l’effort demandé : pour tous les concours proposant une gratification financière, faites le calcul : si vous êtes trois à cogiter pendant 48 heures d’affilée sur un sujet, divisez le montant de la prime par la taille de votre équipe, et ramenez ensuite ce montant au taux horaire. Une prime de 1000 € revient à moins de 7 euros de l’heure, travail de nuit inclus. Avouons-le, c’est tout de suite moins sympathique.

Un nombre de participants correct : si la compétition est ouverte à tout vent, vous risquez de vous retrouver en concurrence avec un grand nombre d’équipes. Si elle est trop restreinte, c’est mauvais signe également : soit il faut remplir une série de critères longue comme le bras pour participer (l’effort en vaut-il la chandelle ?), soit le sujet n’intéresse pas grand monde et vos propositions vont finir dans un placard, à prendre la poussière.

Enfin, essayez autant que possible de trouver des concours où les participants ont un profil proche du vôtre. Certains hackathons sont en effet réservés aux étudiants, d’autres aux petites entreprises et aux professionnels, tandis que d’autres sont ouverts au grand public.

Organiser un hackathon vertueux

Vous voulez organiser un hackathon chez vous ? Soyez au clair sur vos motivations.

S’il s’agit de recruter de nouveaux talents, ce type d’événement présente un réel intérêt, car il vous permet de voir les candidats en action. Soyez néanmoins attentifs à ne pas créer de biais entre les participants, et à rester neutre le temps de l’événement. Rien de plus démotivant que de participer à un concours où les gagnants sont déjà désignés !

Si vous espérez trouver des propositions originales pour l’un de vos projets, en soi rien de condamnable non plus, dès lors que la raison majeure n’est pas de le faire à peu de frais (autrement dit, aux frais des participants). Prévoyez une récompense à la hauteur de l’effort demandé, et impliquez-vous également, par exemple en mettant vos experts à disposition des candidats. Enfin, évitez d’exploiter commercialement les propositions qui n’ont pas gagné, ce qui relève de l’abus pur et simple.

Dans les deux cas, veillez à offrir des conditions de travail confortables aux candidats, qui prennent généralement sur leur temps personnel pour participer : des lieux de repos, de quoi se restaurer et s’hydrater correctement, un planning qui permet de souffler un peu… Merci pour eux !

D'AUTRES ARTICLES TROP COOL !

Experts du SEO ( Search Engine Optimization ), vous avez sûrement déjà croisé cette curieuse espèce de client. Vous...Lire la suite
Si votre cœur de métier concerne le marketing ou le digital, vous avez très probablement déjà vécu ce moment gênant où...Lire la suite
Comme vous le savez les artistes sont bohèmes, les médecins sont multimillionnaires, les garagistes sont des escrocs et...Lire la suite

The Must Read List