Pour ou contre le Snack Content ?

Pour ou contre le Snack Content ?

Temps de lecture: 
4

Même si vous ne connaissez pas le Snack Content, vous en avez sûrement déjà croisé. Ces petits contenus courts, prêts à consommer, fleurissent partout sur la toile, en particulier sur les réseaux sociaux. Prisés des marques, c’est une tendance forte du Content Marketing actuel. Est-ce efficace ? Faut-il le proposer à vos clients ? Ces contenus signent-ils la fin définitive de toute pensée un peu élaborée ?

La première chose à avoir en tête, c’est que ces contenus n’ont pas vocation à durer. Ils sont là pour divertir, faire sourire, interpeller ou intriguer le visiteur. Tout ou presque repose sur l’émotion. Si vous voulez passer maître dans l’art de faire pleurer dans les chaumières, de faire chuter la productivité moyenne dans les bureaux ou de rendre les adolescents hilares dans les cours de récré, alors vous êtes sur la bonne voie.

Revers de la médaille de ces contenus sur le pouce : tout comme les repas de fast-food, après les avoir visionnés, on ne se sent pas vraiment nourri, voire même parfois un peu écœuré. Disons-le crûment, le but est de capter du temps de cerveau disponible : au fond, les consommateurs ne sont pas dupes, mais néanmoins ils en redemandent.

Si votre sens éthique vous pousse à refuser viscéralement ce type d’approche, ne lisez pas ce qui suit (conseil d’ami : songez à vous reconvertir). Sinon, voici quelques conseils pour profiter de cette tendance.

Comment mitonner des snacks appétissants pour vos clients ?

Rassurez-vous, nul besoin d’investir dans un food-truck ni d’apprendre à faire rissoler des frites.

1. Détaillez les attentes

Si vos clients vous sollicitent pour concevoir ce type de format, commencez par bien préciser avec eux ce qu’ils en attendent : s’agit-il de rester visible sur le radar de leurs prospects ? D’accompagner un changement d’image ? De fédérer une communauté de fans ?

2. Apprenez à connaître vos cibles

Regardez ensuite à quelle cible ces contenus sont destinés. Pour qu’une stratégie de Snack Content fonctionne, il faut connaître les références et la culture du public visé. Ainsi, des citations axées sur le bien-être au travail auront du mal à toucher une cible d’étudiants. Inversement, des visuels inspirés des mangas ne parleront pas à des retraités.

3. Choisissez les bons formats

Le support privilégié est la vidéo et les petites animations. Dans ce cas, veillez à ne pas dépasser 2 à 3 minutes pour une vidéo, quelques secondes pour un GIF animé. Pour vous aider, n’hésitez pas à recourir à divers artifices : motion design, vidéo en accéléré, montage alternant texte et image… Vous pouvez aussi miser sur des images simples, des infographies, des citations. Un seul objectif : faire court et percutant.

4. Créez des contenus qui vont faire mouche

Ne cherchez pas à être trop conceptuel, au risque de perdre du monde en route. Un comble pour un contenu censé être facile d’accès ! Cela ne signifie pas non plus que vous devez remiser votre formation en marketing aux oubliettes pour vous reconvertir dans l’art du spectacle. Trouvez le juste milieu, pour produire des contenus accessibles et efficaces d’un point de vue stratégique.

5. Trouvez des cobayes pour tester vos contenus

Savoir être ludique et drôle n’est pas donné à tout le monde. Testez votre contenu auprès de personnes impartiales (non, pas votre moitié, encore moins votre mamie ou votre super pote du boulot, à la sincérité parfois légèrement forcée). Si vous optez pour l’ironie, veillez à ce qu’une part suffisante de votre audience soit capable de la saisir.

6. Comme en politique, misez sur l’alternance

Variez les registres : même si vous êtes réellement drôle, ne misez pas seulement sur l’humour, sauf si votre client est un comique qui débute. Ne faites pas non plus trop dans le choquant, au risque de bâtir une image de marque douteuse. Enfin, même si le succès des chatons et autres mignonnes bestioles ne se dément pas, pitié, essayez de trouver un peu plus original !

Autre règle d’or, n’abusez pas du Snack Content. Certes, ces contenus sont rapides à réaliser et à publier, mais ils manquent de fond. Si vous voulez éviter que vos réseaux sociaux ne ressemblent au fil d’un stagiaire qui s’emmerde dans son job d’été, alternez avec des contenus plus développés (renommés « slow content » par nos amis anglo-saxons).

7. Ne négligez pas les plats de résistance !

Enfin, utilisez ces contenus courts pour réorienter vos visiteurs vers des choses plus développées : des vidéos de longue durée, des articles de blogs fouillés, des livres blancs… Oui, il existe aussi un public pour des contenus plus élaborés, et c’est là que vous trouverez les leads les mieux qualifiés : en règle générale, les consommateurs qui cherchent à s’informer plutôt que simplement se divertir sont les plus proches de l’acte d’achat. Petit bonus pour les créatifs, la production de ce type de contenu est souvent mieux rémunérée, et ça fait plus sérieux quand vous devez expliquer votre job à votre mamie (oui encore elle).

D'AUTRES ARTICLES TROP COOL !

Si votre cœur de métier concerne le marketing ou le digital, vous avez très probablement déjà vécu ce moment gênant où...Lire la suite
Comme vous le savez les artistes sont bohèmes, les médecins sont multimillionnaires, les garagistes sont des escrocs et...Lire la suite
Experts du SEO ( Search Engine Optimization ), vous avez sûrement déjà croisé cette curieuse espèce de client. Vous...Lire la suite

The Must Read List