Trouver ses premières missions de Chef de Projet Digital Freelance

Trouver ses premières missions de Chef de Projet Digital Freelance

Temps de lecture: 
4

Vous êtes fin prêt à vous lancer en tant que Chef de projet Digital en Freelance, mais une crainte subsiste : comment allez-vous trouver vos premières missions ? Allez-vous rapidement trouver votre premier client ? Allez-vous pouvoir payer les factures à la fin du mois ? Serez-vous condamné à manger uniquement des pâtes au ketchup ? On vous explique comment trouver ses premières missions de Chef de Projet Digital Freelance afin que le début de votre aventure se passe au mieux.

Le réseau : la valeur sûre depuis la nuit des temps

Sûrement le moyen le plus efficace pour trouver ses premières missions quand on se lance en Freelance : le réseau. Avant toute chose, la terre entière doit être au courant que vous exercez désormais en Freelance, alors un petit post Linkedin ou quelques mails pour avertir le réseau, ça ne fait jamais de mal. On pense souvent à tort ne pas avoir de réseau. C’est faux, et vous vous en rendrez rapidement compte (à moins que vous soyez un ermite, dans lequel cas ne tenez pas compte de ce paragraphe) . Amorcez la discussion avec vos anciens employeurs, anciens collègues, ce pote qui a lancé sa boîte, les différentes personnes avec lesquelles vous étiez en contact si vous étiez en agence de com, ce tonton qui ne sait pas quoi faire de son fric… et parlez leur de votre activité, tentez de mettre en évidence les différentes synergies possibles. Il se pourrait bien que vous trouviez ainsi votre première opportunité.

Inscrivez-vous sur les plateformes de Freelance

Les plateformes qui mettent en relation Freelance et entreprises (moyennement dans la plupart des cas une commission, c’est le jeu ma pauvre Lucette) pullulent sur le net. Certaines sont mieux que d’autres, à vous de trouver celles qui vous conviendront. Allez donc faire un tour du côté de Malt, Crème de la Crème, Freelancer.com ou encore Upwork. Créez ensuite vos profils, et n’oubliez pas d’optimiser ceux-ci comme vous le feriez sur votre profil Linkedin ou votre site vitrine. Votre profil sur ces plateformes doit refléter votre expertise, vos expériences passées, vos résultats etc… Un portofolio est toujours un plus (et non, le portofolio n’est pas réservé aux graphiques). Clairement, la concurrence peut être rude sur ces plateformes, il est donc important de vous distinguer (et non, afficher à TJM défiant toute concurrence n’est pas un moyen viable pour se distinguer).

Les événements

Alors oui, tout le monde n’est pas forcément un grand fan du networking pur et dur, d’aller serrer des pinces à droite à gauche, faire de faux sourires à tout va etc..  Mais le networking lors d’événements, ce n’est pas uniquement ça. Mieux vaut choisir la qualité que la quantité pour choisir vos « cibles » à aborder. En ce qui concerne le « où », nombreux sont les événements qui peuvent vous intéresser et où de potentiels clients pourraient se cacher : salons professionnels, meetup, et même apéro avec ce pote d’un pote co-fondateur d’une jolie startup. Sachez trouver les occasions là où elles se trouvent.

La prospection

Ce n’est pas la partie la plus drôle, on vous l’accorde. Mais la prospection est parfois inévitable. Ce qui est bien avec la prospection, c’est que vous choisissez vous-même les personnes que vous contactez, vous pouvez ainsi tenter d’aller chercher des entreprises et des projets qui vous plaisent vraiment. Pour cela, vous pouvez ajouter de nouvelles connexions sur Linkedin, envoyer des messages via les formulaires de contact des sites web, tentez d’obtenir le numéro de téléphone du responsable de tel service etc... Dans tous les cas, votre message doit être bien étudié, sinon quoi vous allez perdre vos temps et votre motivation. Comment par annoncer la raison de votre prise de contact, puis flattez (sans être dans l’exagération) l’ego de votre cible en le félicitant (pour son beau produit, pour sa récente levée de fonds etc…). Ensuite, parlez d’un problème que vous avez rencontré en vous mettant à la place d’un potentiel client (exemple : « votre site web n’est pas responsive, sur mon téléphone c’était complètement illisible »). Embrayer ensuite sur la partie intéressante : comment vous pouvez l’aider à résoudre ce problème : « on va rendre tout ça bien responsive mon petit, je peux t’aider ».  À adapter bien sûr en fonction de vos expertises et de votre cible.

Le bouche-à-oreille

Généralement, le bouche-à-oreille se développe avec le temps, mais il est important de comprendre son importance dès le début de son activité. Si vos clients sont satisfaits de votre travail, et si vous parvenez à entretenir de bonnes relations avec eux, il y a tout à parier qu’ils seront prêts à vous recommander si quelqu’un leur pose la question « tu connais pas un chef de projet digital freelance ? J’ai un besoin pour tel truc et j’ai que des galériens dans mon équipe ». Travaillez bien la relation avec vos clients et sachez être une personne digne de confiance.

D'AUTRES ARTICLES TROP COOL !

Si votre cœur de métier concerne le marketing ou le digital, vous avez très probablement déjà vécu ce moment gênant où...Lire la suite
Experts du SEO ( Search Engine Optimization ), vous avez sûrement déjà croisé cette curieuse espèce de client. Vous...Lire la suite
Comme vous le savez les artistes sont bohèmes, les médecins sont multimillionnaires, les garagistes sont des escrocs et...Lire la suite

The Must Read List